Biarritz Années Folles

Vedettes et personnalités

Kiki de Montparnasse, l’égérie du tout Paris !

Je m’appelle Alice Ernestine Prin et je suis née en 1901 à Chatillon sur Seine, à 250 km de Paris.  Les fées ne se sont guère penchées sur mon berceau sauf à me donner un énorme appétit de vivre!

p195hg

 

Mon père ne m’a pas reconnu  aussi ma mère, un peu perdue et pas très aimante, a préféré me confier à sa mère. Ma grand-mère était une bonne personne mais vivant dans le dénuement le plus total.

A l’adolescence j’ai décidé de rejoindre ma mère à Paris pour essayer de sortir de ma condition. J’étais pleine d’espoir et d’énergie.

(suite…)

Fiodor et Irina, les princes russes à Biarritz

 

Né à Saint Petersbourg en 1898, Theodore Aleksandrovitch de Russie, arrière petit fils de Tsar et neveu du Tsar Nicolas II, passe les premières années de sa vie à Biarritz, haut lieu de villégiature pour les russes en ce début de siècle.

Lors de la révolution russe, il échappe à la mort, à l’instar de ces cousins Romanov assassinés par les bolcheviks.

 

En exil, il se rapproche alors de sa sœur, la Duchesse Irina Aleksandrovna de Russie et de son époux le Prince Feliks Felikssovitch Ioussoupov.

Ils séjournent en Italie à Capri, dans le golfe de Naples, en Corse et en Angleterre.

La princesse Irina Alexandrovna et son époux, le prince Feliks Feliksovitch Ioussoupov en 1915
La princesse Irina Alexandrovna et son époux, le prince Feliks Feliksovitch Ioussoupov en 1915

 

 

C’est chez eux qu’il côtoie sa cousine la Princesse Irina Pavlovna Paley…

Princess Irina Pavlovna Paley by Linnea-Rose
Princess Irina Pavlovna Paley by Linnea-Rose

Fiodor est très beau et la princesse Irina est très triste loin de sa chère Russie. Parler de leur lointaine terre natale les rapproche peu à peu.

Ils se marient le 21 mars 1923, et le couple s’établit à Biarritz. En mai 1924 nait leur seul enfant, Mikhaïl. Cet enfant descendant de deux membres de la famille Romanov fut le premier enfant exilé à naître après la Révolution russe. Ce grand événement ravit toute la famille Romanov.

Fiodor vit à Biarritz une vie simple et modeste., presque enfantine, dira son fils plus tard dans une interview télévisée à Frédéric Mitterrand (Mémoire d’Exil). Il était incapable de trouver un emploi stable et vécut modestement. Sa bonté naturelle ne s’adaptait pas au rythme de son époque.

Sa femme Irina est, quant à elle, très impliquée dans le soutien aux exilés russes. C’est donc lui qui s’occupera le plus de Mikhaïl. Il n’est pas rare de le voir sur la Grande Plage de Biarritz, courant et jouant avec son fils, un béret noir vissé sur la tête car Fiodor a gardé son âme d’enfant. A la pédagogie, il préfère les jeux avec son fils.

Diner de charité en faveur des émigrés russes en 1927 à Biarritz - Hotel du Palais - Fiodor est au centre sur la droite, irina à ses côtés
Diner de charité en faveur des émigrés russes en 1927 à Biarritz – Hotel du Palais – Fiodor est au centre sur la droite, Irina en face de lui sur la gauche.

Peu à peu le couple s’éloigne l’un de l’autre et finit par se séparer.

Le Prince Fiodor part tenter sa chance aux Etats Unis où il exercera un emploi de pilote d’essai. Il ne s’habituera pourtant jamais à la vie outre atlantique. Il revient en Europe et s’installe chez sa mère en Angleterre.
En 1946, la tuberculose l’oblige à quitter l’Angleterre et c’est tout naturellement qu’il revient au Pays Basque. Il vivra encore 20 ans avant de s’éteindre à Ascain le 30 novembre 1968.

Irina s’est remariée en 1950 avec Hubert Conquéré de Monbrison dont elle eut 2 enfants. Elle vécut heureuse jusqu’à sa mort, le 15 janvier 1990 à Paris, après soixante trois ans d’exil.. Son fils, le grand-duc Mikhaïl Fiodorovitch de Russie restera toujours à ses côtés.


Mémo utile

En russe, pour tutoyer, on emploi le prénom diminutif :

Natacha = Natalia

Tania = Tatiana

Kolya = Nikolaï

Sacha = Aleksander

Maria = Macha

 

On n’utilise pas Monsieur ou Madame :

On appelle la personne par son prénom suivi de son patronyme. Le patronyme signifie « fils de» ou « fille de».

Il est formé  à partir du prénom du père avec le suffixe «ovni» (ou ovitch) ou «evni » (ou evitch) pour les hommes et «ovna » ou «evna» pour les femmes

Maria Vladimirovna (fille de Vladimir) ou Igor Andreevni (fils d’Andreï)

Exemple:  le célèbre poète et romancier Alexandre Pouchkine dont le père s’appelait Sergueï а pour nom complet : Alexandre Sergueïevitch Pouchkine.

Dans les noms de famille,  « a » est la marque du féminin

Exemple: Anna Antonovna

1 2