Petite histoire de cravate… La cravate connaît en 1924 une évolution majeure, lorsque Jesse Langsdorf, un cravatier new-yorkais, a breveté un procédé de découpe du tissu sur le biais selon un angle de quarante-cinq degrés et a mis au point un modèle de couture en trois segments.

Mais alors, me direz-vous ? Adieu le tire bouchon, grâce au bon angle!

Il a ainsi défini une cravate nouée de façon classique mais qui avait l’avantage de tomber uniformément sans tire-bouchonner.

taqcq9jnmwubau4zb6qm

Au fil des années, les dimensions de la cravate évolueront selon les modes, ses couleurs et son aspect se feront plus brillants et soyeux, mais en dépit de ces changements, son style restera essentiellement identique. La cravate moderne était née et elle est de nos jours toujours fabriquée conformément à la méthode conçue par Langsdorf.

C’est aussi dans les années 20 que la cravate devient aux Etats Unis, comme précédemment dans les pays du Commonwealth, un élément de l’appartenance à un régiment, une université une école, une organisation, grâce à ses rayures de différentes couleurs. On l’appelle la cravate club et son succès ne se démentira jamais.

Dès l’origine, les Anglais portent des cravates dont le sens des rayures part toujours de l’épaule gauche en descendant vers le côté droit. Les Américains se démarquent donc en prenant le sens inverse, toujours à partir de l’épaule droite en descendant vers le coté gauche.ici.

Quant aux histoires supposées nous expliquer la raison de cette inversion des rayures par nos amis d’Outre-Atlantique, elles sont nombreuses, variées et invérifiables. L’une des plus intéressantes cependant, explique que cette différence proviendrait du fait que les soldats européens portent le fusil sur l’épaule gauche, alors que leurs homologues américains le portent du l’épaule droite.

Pourtant la réalité est plus prosaïque et beaucoup moins héroïque.

En 1920, la « mode » des cravates club est en plein boum au Royaume-Uni et la célèbre maison Brooks Brothers à New York (Brooks Brother est la plus ancienne marque de vêtements des États-Unis, créée par Henry Sands Brooks à New York en 1818) décide d’importer l’idée pour la lancer aux Etats-Unis. Mais pour y ajouter une « patte américaine », Brooks décide d’inverser les rayures, sans aucune autre justification que celle de tenter de s’approprier une coutume d’origine britannique et de « l’américaniser ».

Cravates Collège Oxford
Cravates Collège Oxford

Et les Français alors ? Européens, ils se rangeront du coté du “chic” Anglais. Et ils en débattent aujourd’hui largement sur la toile. dans des sujets passionnants comme l’origine des rayures, les bandes, les barres et les brisures de lignée! Lisez l’article de Parisian Gentleman pour entrer dans le monde codifié de la cravate.

Maison Boivin - Paris @Adriano Dirnelli
Maison Boivin – Paris @Adriano Dirnelli

Mais n’allez pas croire que les Français sont en reste sur le sujet de la cravate! Ils ont comme souvent dans le domaine du luxe, un savoir-faire unique. La maison Boivin crée, coupe, coud et plie en secret, dans son atelier parisien des années 20 et modestement, appose une étiquette grise “fabriquée à la main en France ” pour les marques les plus connues.

 

 

Vous savez tout ou presque sur la cravate moderne”, et la cravate rayée si prisée pendant les années 20.

Pour la choisir, relisez nos conseils en matière de motifs et de matières, ici

Il ne reste maintenant plus qu’à bien la nouer: petit rappel donc des 2 façons les plus utilisées.

 

Dans un sens : le nœud simple

1461668146 noeud

dans l’autre sens : le petit noeud

1461668146 petit noeud

 

Mieux encore prenez le temps de visionner les démonstrations de Florent, spécialiste de la cravate. Et entrainez-vous devant votre miroir!

N’oubliez pas non plus d’y associer une jolie pochette pour parfaire votre tenue.

Quelle élégance !

colette

 

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Le champ marqué d'un * est requis

Commentaire *